Poireaux, en vert et contre tout

Essai casque Bell RS 1

On vous avait présenté nos casques dans cet article, voici venu le temps de vous donner notre avis sur le matos.

La première chose qui surprend quand on prend ce casque en main, c’est son poids. Et ce n’est pas dans le bon sens du terme. Ce casque semble lourd. Donné pour 1600gr (+/-50gr) par le constructeur, l’épreuve de la balance (de cuisine) nous révèle un poids de 1542gr pour cette taille L. Après enfilage, le poids ne se fait plus sentir. Les mousses douces sont fermes et serrent bien joues et menton: on est bien maintenu.

P1080425.JPG

Par contre, point très surprenant: la place au niveau des oreilles. Le casque semble avoir été conçu pour les porteurs de lunettes, ou les gens avec des oreilles décollées. On a une impression de vide qui surprend au début. Et qui fait que les bouchons d’oreilles doivent être mis avec précaution si on ne veut pas qu’ils se déplacent lors de l’enfilage du casque.

La fermeture se fait par une boucle double D, qui permet un serrage parfait et qui est indispensable sur piste. Le système d’aimant qui permet de ne pas avoir le bout de la boucle qui se balade est pratique, sans plus. Il y a quand même une avancée vis à vis des anciens modèles de Bell où il fallait glisser l’excédent de sangle dans une petite boucle. Aimant.JPG

Bonne nouvelle, Bell a enfin abandonné son système à clefs Allen pour ses visières. Avec deux avantages: on peut facilement (et sans outil) changer d’écran et on peut facilement ouvrir et fermer la visière d’une main. Fixavtion_visiere.JPG

On en profite pour rabaisser l’écran (fourni avec un pinlock) et on a alors le choix entre trois positions: fermé, verrouillé et entrouvert. Les deux derniers modes montrent qu’on a affaire à un casque qui a sa place sur la piste. En effet, il est rassurant de savoir que la visière est verrouillée, on n’a ainsi plus peur que la visière s’ouvre en roulant. Le dernier cran sera plus utile lors des premiers roulages de l’année, où la buée se transforme en gouttelettes d’eau. Ce n’a pas été le cas lors de mon essai en plein de mois de juillet dans le Sud de la France. Ouverture.JPG

Avec ces températures, ce sont plutôt les aérations qui vont être utiles. Au nombre de trois (une sur le menton et deux sur le front), elles laissent espérer un flux d’air important. Les manipulations se font facilement même avec des gants, les boutons étant larges. Par contre, celle du menton ne semble pas extrêmement solide.

Niveau finition, en plus du bouton d’aération de menton sus-mentionné, on regrettera que le revêtement de la collerette semble très sensible à l’abrasion. Et le cache nez n’est pas très bien fixé. Le reste est de bonne facture.

Première et on s’élance sur le circuit. A la première pointe de vitesse, bonne nouvelle, le casque ne bouge pas. Même lorsque l’on sort la tête à près de 200km/h (et oui, on est sur piste, on a le droit) on ne se retrouve pas avec le nez collé au casque. Par contre, quand on déhanche beaucoup, que la tête vient se rapprocher du demi guidon et qu’on veut quand même regarder au loin, on se retrouve avec le haut du casque qui vient empiéter sur le champ de vision. Au niveau de la vision latérale, rien ne vous empêchera de voir vos repères ou le motard qui veut vous faire l’intérieur. en_action.jpg

Côté bruit, même si ce n’est pas ce qu’on attend d’un casque sportif, on est un peu déçu: le RS 1 est bruyant. Sûrement à cause des mousses « manquantes » au niveau des oreilles. Par contre, pas de sifflements désagréables, juste les bruits du moteur qui sont bien présents.

Niveau aération, on sent bien l’air passer sur le bas du visage. Sur le front, un filet d’air est présent; suffisant pour ne pas cuire, il ne vous empêchera pas de transpirer.

Bilan: malgré un poids annoncé important, ce casque s’avère bon sur piste: le confort est ferme mais rassurant, et le poids est bien réparti, ce qui n’occasionne pas de fatigue excessive (en plus de celle de rouler sur piste). Il est juste recommandé de porter des bouchons d’oreille pour pallier sa faible insonorisation.

Affiché aux alentours de 479 euros (pour les versions noir mat ou déco), ce casque offre un rapport qualité prix satisfaisant, avec des prestations à la hauteur de nos attentes pour un usage sur la piste.

On aime: le maintien du casque en dynamique. Le nouveau système de fixation de visière. On n’aime pas: l’insonorisation la qualité des boutons d’aération

Laisser un commentaire