Questions à la pistardie : guide pour débuter sur piste (partie 2) – Poirsouille Endurance Team

Poireaux, en vert et contre tout

Questions à la pistardie : guide pour débuter sur piste (partie 2)

Ça y est, vous avez lu la première partie de notre guide et vous avez décidé de sauter le pas et de vous lancer dans une journée circuit. Sauf que vous avez encore plein de questions sur la préparation avant la journée. Alors on passe aux choses sérieuses.

 

J’ai un équipement été, puis-je pister avec ?

Ce sympathique débutant a tout l’équipement nécessaire : combi cuir, bottes, gants, casque, dorsale

Pour une journée piste, le dress code est simple : cuir, cuir et cuir. Le top est d’avoir une combinaison une pièce mais renseignez vous, certaines organisations (si ce n’est toutes) acceptent les blousons et pantalons si ceux ci sont raccordés par un zip. Le zip empêche le blouson de remonter en cas de glissade.

Si vous n’avez pas cet équipement, ils est possible d’en louer. Soit directement avec ceux qui organisent la journée (par exemple Tortue Team le fait. Oui, ils sont au top), soit avec une autre société. On peut citer vide-moto.com qui propose ce genre de services

Niveau casque, hors de question de venir avec autre chose qu’un intégral, ou au pire un modulable si l’organisation l’accepte.

Pour le reste, il vous faut une dorsale homologuée moto, des gants en cuir qui remontent sur la manche du cuir (exit donc les petits gants été) et des bottes. J’insiste sur les bottes car il faut des bottes montantes. Cela peut être un modèle route, pas de soucis, mais hors de question de venir avec des baskets moto.

Dois-je me payer un train de pneus piste ?

Réponse courte : non. Pour débuter, un train de pneu route en bon état est bien suffisant. Il faut juste penser à ajuster les pressions avant et après roulage. Il est recommandé de mettre 2,1 bars à l’avant et 1,9 à l’arrière à froid pendant la journée. En effet, un pneu va plus travailler et plus chauffer que sur la route et donc la pression à chaud sera plus élevée. On descend donc cette pression avant pour éviter d’endommager le pneu.

Et en fin de journée, si vous repartez par la route, pensez à mettre la bonne pression. Faites gaffe, vos pneus seront encore chauds à la fin de votre dernière session, adaptez la pression en conséquence.

Dois je prendre une assurance ?

Il n’y a pas de réponse toute faite car c’est un sujet… délicat. Il existe deux types de roulages, ceux qui demandent une attestation d’assurance, et ceux qui fournissent l’assurance. Dans le deuxième cas, pas de soucis, tout est pris en charge. Si vous êtes dans l’autre cas, cela va dépendre de votre assurance.

Par exemple, à la Mutuelle des Motards ils envoient une attestation sans faire chier. Normalement toutes les assurances devraient faire pareil car elles couvrent au moins au tiers sur piste (cf cet article du Moniteur Hors des Clous). Mais d’expérience personnelles, certaines assurances font tout pour ne pas vous envoyer cette attestation. Il nous est déjà arrivé de nous rabattre sur le site assurance piste en désespoir de cause.

Puis-je aller pister via la route ?

Dans un break avec remorque, on en rentre des choses (pilote non fourni)

Oui, il est tout à fait possible d’aller faire sa première journée sur sa moto de route, avec plaque et compagnie.Pensez juste à prendre quelques outils pour démonter les rétros et du scotch pour protéger phares et clignos. Mais rassurez vous, si vous oubliez, vous pourrez toujours demander à quelqu’un sur le paddock, l’ambiance est conviviale.

Mais si vous avez la possibilité d’y aller avec une remorque ou un camion c’est le top. Déjà parce que vous pourrez préparer votre moto avant (on y reviendra), mais aussi parce que vous ne serez pas embêté pour stocker votre bazar pendant les roulages. Vous pouvez aussi prendre beaucoup plus de choses, comme de l’eau (beaucoup, on transpire sur piste) ou de quoi manger voire prendre une douche. Chaise, table, il y a plein de petits moyens de rendre plus confortable une journée piste.

Gros avantage de la voiture : en cas de grosse pluie, on rentre au sec

Si vous avez le choix, optez pour le camion plutôt que la remorque. Tout simplement parce qu’on se prend beaucoup moins la tête en sachant sa moto enfermée pendant qu’on va faire pipi sur une aire d’autoroute plutôt qu’à la vue de tous. Idem si vous dormez dans un hôtel la veille de la journée. Après, on a fait plusieurs années avec une remorque, et ça se passe bien.

Pour ce qui est de la voiture pour tracter la remorque, ne vous prenez pas trop la tête. On a fait 1200 km avec une 306 de 75 ch en tractant deux motos. Alors oui, on ne doublait pas en côte, mais on n’a eu aucun souci. Vérifiez juste le poids total que vous pouvez mettre sur la remorque, surtout si celle ci est double. Pour la plupart des remorques, on n’est pas censé embarquer plus de 400kg, ce qui peut arriver vite avec deux motos.

Dernier point sympa sur le fait de ne pas venir les fesses sur la mot : le retour, fatigué, sera plus confortable. Vous pourrez même vous foutre en short/t-shirt !

Ok, je vais louer une remorque/un camion. Comment j’attache ma moto ?

on peut mettre trois motos dans un camion.

La réponse simple est « avec des sangles ». Mais vu qu’on est gentils, on va détailler un peu. Pour éviter d’avoir la moto qui tombe, il faut qu’elle ne puisse pas bouger, ni de gauche à droite, ni d’avant en arrière. On va donc utiliser 4 sangles, deux au niveau du té de fourche supérieur (ou du guidon) et deux à l’arrière (grosso modo sur les repose-pieds passager).

Sur une remorque, on peut diriger toutes les sangles vers l’avant car le rail a une butée, empêchant votre moto de se retrouver dans votre pare-choc. Dans un camion, il va falloir ruser un peu plus et jouer avec les points de fixation qui sont dans le sol du camion ou sur les côtés.

Après cela, il suffit de bien tendre les sangles et le tour est joué. Il est d’ailleurs recommandé de vérifier de temps en temps que vos sangles sont toujours bien tendues, par exemple à chaque pause.

On a fait plusieurs dizaines de milliers de km avec les motos, sur remorque ou dans un camion, et on n’a jamais perdu de moto sur la route.

 

 

 

 

Voilà, vous avez de quoi vous préparer avant le Jour J. Dernière étape de notre guide sur les derniers préparatifs et ce qu’il faut emporter pour passer une première fois au top.