Mets de l’huile – Poirsouille Endurance Team

Poireaux, en vert et contre tout

Mets de l’huile

Quand on pense à ce qui fait marcher une moto, le premier liquide auquel on pense est l’essence. Alors, oui, sans essence, pas d’explosion et votre moteur ne risque pas d’avancer. Mais si votre moto n’a pas d’huile, elle démarrera mais n’ira pas très loin. Mais à quoi sert l’huile dans une moto, et comment vérifier qu’il y en a assez ?

Le gras c’est la vie

Votre moto est un ensemble de bout de métaux différents qui bougent dans tous les sens (bon, sur les sportives on retrouve aussi pas mal de plastique, mais là n’est pas la question). En particulier il y a un piston qui fait des aller-retours. Sur notre petite CBR125, on peut monter à plus de 10 000 tours/minute. C’est à dire 10 000 aller-retours de ce piston en une minute. On arrive à plus de 166 tours en une seconde.

Maintenant prenez une vis. Et une scie à métaux. Coupez la vis, en allant le plus vite possible. Prenez ensuite la vis à pleine main et allez chercher le tube de biafine : la vis est chaude. Cette chaleur provient de la friction entre les deux métaux. Avec du lubrifiant, les métaux vont moins chauffer, et mieux coulisser l’un avec l’autre. On limite les frottements (et donc l’usure) et l’échauffement des pièces.

Mais en plus de son rôle de lubrification, l’huile permet de récupérer tous les petits bouts de métal et les saletés produites par votre moteur. Ainsi, pas besoin de démonter le moteur régulièrement pour le nettoyer, l’huile fait le ramasse-miettes.

Il faut aussi savoir qu’une moto peut consommer de l’huile, que ce n’est pas grave. Par exemple, sur la Duke III 690, KTM précise que la moto peut consommer jusqu’à 1 litre d’huile pour 1000 km. Oui, ça fait beaucoup. Mais ça fait aussi partie du charme des autrichiennes.

Vous savez donc pourquoi il faut absolument avoir de l’huile dans votre moteur. On peut donc maintenant voir comment vérifier qu’on a le bon niveau d’huile.

V’la le niveau

Il existe deux moyens de vérifier le niveau d’huile sur votre moto. Par contre, vous n’allez pas avoir le choix, il sera imposé par le constructeur. Mais le début de la vérification est presque toujours le même : il faut faire chauffer la moto. (Presque car certaines motos ont un carte séparé et il faut faire le niveau à froid. Mais vu plus qu’aucune ne roule, on va pas en parler.)

Idéalement, faire le niveau après une balade est le mieux. L’huile sera plus chaude, et plus fluide. Elle pourra mieux circuler  et descendre dans le bas du moteur une fois le contact coupé.

Il faut ensuite mettre la moto droite. En effet, le moyen de contrôle est situé sur un coté, et si votre moto penche, la mesure ne va pas être correcte. Il faut donc redresser la moto avec vos bras, ou ceux d’un ami. Vous pouvez aussi utiliser votre béquille centrale (de moins en moins présente sur les motos) ou une béquille d’atelier. Idéalement, il faut que votre moto soit horizontale, afin d’avoir une mesure la plus précise possible, surtout si c’est un moteur avec une faible capacité d’huile, comme une CBR125. Pour info, on trouve entre 1 et 4 litres d’huile dans une moto.

Après ces petits préparatifs, vous pouvez vérifier votre niveau d’huile.

Un coup d’œil et hop, on sait

Si vous avez de la chance, vous avez un hublot pour faire le niveau. C’est une petite vitre situé à droite (quand on est sur la moto) en bas de votre moteur. Il y a deux graduations : min et max. Sans surprise, votre niveau doit se trouver entre ces deux extrêmes.

 

 

 

 

 

Si vous n’avez pas de bol (ou une CBR, qu’elle soit 125 ou 1000), le niveau se fera grâce à une jauge. Comme sur les voitures. Cette jauge est située au même endroit que les hublots. Attention, il ne faut pas confondre l’orifice de remplissage, situé en haut du carter, et la jauge, en bas. Un moyen simple de vérifier que vous avez dévissé le bon truc : si c’est juste un bouchon, ce n’est pas la jauge. La jauge est un bouchon, mais avec une tige graduée. Comme pour le hublot, il y a un minimum et un maximum. Essuyez la tige avec un chiffon, et reposez la jauge sur son pas de vis. Attention, il ne faut pas la visser ! Une fois posée, vous pouvez la reprendre et vérifier qu’il y a de l’huile entre les deux graduations.

 

Si vous n’avez pas assez d’huile, pas de surprise, il faut en rajouter.

Mettons le niveau à niveau

Le bouchon d’huile, indispensable pour rajouter de l’huile

Si vous avez l’habitude de faire faire votre vidange chez votre garagiste, regardez votre dernière facture. Celle-ci comportera le type d’huile qu’il a utilisé. Dans le cas contraire, un petit coup de fil devrait vous renseigner. Et au pire, si vous êtes perdu au fin fond de l’Auvergne, sans téléphone et un niveau plus bas que le plus bas, vous pouvez prendre à peu près n’importe quelle huile pour moteur essence pour vous dépanner. Il vaut mieux mélanger deux huiles différentes que rouler sans.

Vous avez votre bidon en main, vous êtes prêt. Prenez quand même le temps de prendre quelques chiffons au cas où. Voire faire un tour dans la cuisine pour piquer un entonnoir (que vous ne pourrez plus réutiliser en cuisine après).

Juste au dessus de votre hublot/jauge, il y a le bouchon de remplissage. Dévissez-le, mettez l’entonnoir dans le trou et versez DOUCEMENT !

Il vaut mieux le faire en plusieurs fois, pour éviter de mettre trop d’huile. Donc après chaque rajout, répétez la procédure de vérification du niveau.

Une fois le niveau correct, revissez tout et c’est bon, vous pouvez aller vous servir un truc à boire, l’esprit serein, et fier de vous : vous avez fait votre niveau d’huile tout(e) seul(e) comme un(e) grand(e).

Trop c’est trop

MacGyver en fait une bombe, nous on retire le trop plein d’huile

Vous avez été un peu trop enthousiaste et votre niveau est au dessus du max. Pas de soucis, ce n’est pas grave. Enfin, si vous corrigez votre bêtise, parce que si vous laissez trop d’huile, votre moteur ne va pas trop aimer. Il faut donc en retirer. La technique que nous avons déjà utilisée de nombreuses fois a l’inconvénient de nécessiter d’avoir une grosse seringue (disponible en pharmacie) et un bout de durite. Mais elle permet de corriger rapidement et sans dégâts votre petite erreur, que tout le monde a déjà commise. Connectez la durite sur la seringue – sans aiguille – introduisez la durite dans le trou de remplissage, et aspirez. Hop, le niveau d’huile redescend et atteint enfin le bon niveau.