#PetitPoisRace le jour d’avant

Ça y est, on est dans la dernière ligne droite. On a fait le premier post de ce blog le 26 juin 2014. Soit il y a 32 mois. Et en ce vendredi 3 mars on va voir l’aboutissement de ces deux ans et demi de travail. La voiture est chargée, la moto sur la remorque, les copains sont déjà partis pour ouvrir la maison qui nous servira de camp de base ce week-end.

Dire qu’on est prêt est à la fois un pieux mensonge mais aussi une réalité. Nous ne pourrions être mieux préparés, mais on sait pertinemment qu’il y aura des imprévus.

Allez, en route, on a une petite heure pour échanger tous les deux, discuter de quelques détails. On arrive sur place, un peu avant les copains qui sont partis au ravitaillement.

Profitons de l’attente pour les présenter:

Les 7 membres de la Poirsouille Endurance Team

Dans l’ordre aléatoire inversé :

Il y a d’abord Michel, Team Manager proclamé de l’équipe. Notre sage à nous (ben oui, il a un bouc blanc). On le reconnait facilement au chronomètre qu’il porte autour du cou.

Axel, le panneauteur, cousin de Xavier, qui est prêt à dégainer chiffres et autres symboles ésotériques.

Vilo, le mec qui va devoir nous sauver la vie si on prend feu. Bref le pompier. Et dans le temps qu’il lui reste, il dégainera son appareil photo pour nous immortaliser.

Il y a aussi jTAG qui nous rejoindra samedi. Il officie en tant que ravitailleur: sa lourde charge (10L d’essence) sera de remplir notre réservoir. Il s’est aussi donné comme tâche de faire une vidéo pour nous rappeler ce premier week-end de course.

On ne se présente plus, mais pour ceux qui auraient oublié, nous sommes Seb et Xavier, les deux poireaux pilotes qui rêvent d’endurance,

Et finalement, il y a le Petit Pois, cette petite CBR fraichement acquise et encore plus fraichement préparée.

Ça y est, les copains sont arrivés pendant qu’on déchargeait la moto, on peut passer aux choses (pas) sérieuses : l’apéro et le BBQ. Parce que oui, on est le 3 mars, mais ça n’a pas arrêté Michel qui nous a régalés de magrets de canard cuits à la perfection. Le reste de la cuisine étant réservé à Axel.

Aucun canard n’a été… ah ben si. Mais c’est pour la bonne cause

Pendant la soirée, il y a bien eu quelques mouches qui ont souffert, de la mauvaise foi, beaucoup de rires, quelques sourires niais de la part de Xavier, des coups de torchon et évidemment de la bière pour l’apéro, du bon vin pour le magret et un peu de rhum pour digérer.

Xavier et Seb décident de ne pas se coucher trop tard car demain matin ils roulent. Bizarrement, ils dorment bien et le réveil les cueille presque frais. Michel est déjà réveillé, et Axel se lève pour nous faire un petit déjeuner de champions, qui devrait bien nous tenir au corps.

O-C-B : oeuf-café-bacon. Fais tourner !

Dehors, la pluie fait rage, mais on espère que ça va s’améliorer dans la journée. Il parait que l’espoir fait vivre.

La route jusqu’au circuit se fait sous des trombes d’eau, mais miraculeusement on arrive sur le circuit sous un beau soleil. De quoi nous motiver. On passe voir l’orga pour s’inscrire et on récupère nos bracelets pour la course.

C’est beau. Mais ça ne durera pas…

On a deux sessions le matin, Seb partira sur la première, sur piste séchante, la moto chaussée de BT39-SS. Les chronos descendent tour après tour. Une fois sorti de la piste, Seb et Xavier parlent repères de freinage, vitesses à monter et descendre, puis Michel fait un debrief.

On décide de passer en pneus pluie, montés sur notre deuxième paire de jantes. Sauf qu’on s’aperçoit que la jante avant n’est pas une jante de CBR et que ce n’est pas compatible. Bref, on va faire la journée en BT39, de (très) bons pneus route.

Encouragé par le soleil, Xavier passe en visière noire. Et la, c’est le drame. Je ne sais pas si on peut vraiment parler de session vu qu’il ne fait que 2 tours avant un drapeau rouge, qu’une trombe d’eau lui tombe sur la tête et que le vent se déchaine dans la ligne droite. Il repart quand même… pour 3 tours. Bref, une session tout ce qu’il y a de plus frustrant.

A la fin de la session, Michel et Axel partent chercher la marmotte. Enfin, Vilo. Et on file manger au resto du circuit. Vu la flotte, cette idée est tout à fait géniale et on arrive à se réchauffer, voire à sécher un peu. jTAG nous rejoint à l’heure des cafés.

Vu que Xavier n’a pas eu vraiment de session en fin de matinée, il part pour la première de l’après-midi, sur une piste mouillée, le temps alternant entre pluie et beau temps : un vrai temps breton avec le soleil qui annonce qu’il va pleuvoir.

Il arrive cependant à descendre les chronos, même si Seb reste plus rapide. Il a même le droit de se faire faire l’intérieur par Mathieu Lagrive en Aprilia 125 équipée de pneus quasi slick. On profitera d’une pause pour lui demander comment ça se fait qu’il soit si à l’aise avec ce genre de pneus sur une piste mouillée. La réponse est simple : ça tient, et c’est dans la tête. Ce conseil de pro nous aidera à nous déstresser un peu sur le grip de nos pneus route.

Deuxième session de l’après-midi et deuxième session de Seb, qui sort au bout d’un tour : la tige de sélecteur traine par terre. Saleté de commandes reculées chinoises. Xavier et jTAG font une réparation express, ce qui permet à Seb de repartir… pour un tour. Un drapeau rouge le coupe dans son élan. Il pourra faire de nouveau un tour, mais on ne peut pas dire que la session ait été très productive au niveau pilotage.

Pour la dernière session, le Team Manager décide de faire un essai de passage de guidon, Xavier partira pendant 10mn et filera le guidon à Seb. Xavier en profite pour faire un essai de départ type course car demain c’est lui qui devra assurer le premier relais.

Et pour changer, c’est Xavier qui se prend la piste la plus mouillée, Seb héritera d’une piste séchante. Avant que la pluie retombe à nouveau.

Pendant toute la journée, Michel, Axel, Vilo et jTAG ont pris aussi leur marques dans leurs rôles respectifs, alignant les chronos sur les feuilles, jouant avec le panneau, anticipant la course, et immortalisant cette journée.

Des rôles complémentaires pour une team unie, et de magnifiques bracelets !

Voila, le roulage est fini, mais la journée de préparation à la course ne l’est pas. On profite d’être là pour passer le Contrôle Technique que le Petit Pois passera haut la main, même s’il a fallu démonter le carénage pour dévisser le bouchon de liquide de refroidissement.

Puis on va installer le barnum dans les paddocks, et mettre la moto dessous. C’est un geste qui peut sembler anodin mais il fait monter la pression de manière perceptible : ça y est, on est dans la course.

Le retour au camp de base se fera sans encombre, même si des soucis de chauffe-eau nous obligeront à être aussi rapides sous la douche que sur la piste. Mais ce n’est pas grave car Axel nous prépare un bon plat de pâtes au saumon à la truite fumée (ça serait presque meilleur), et on débriefe. Encore, et beaucoup. On a tellement de choses à dire. Alors on les dit toutes. Mais les pilotes piquent du nez, la fatigue de la journée a raison de leur excitation de la course. Et ils iront au lit sur ordre du Team manager. Le sommeil ne tarde pas, et tant mieux, demain c’est le grand jour.